Rappelons rapidement le rôle des sinus:
Ils constituent un ensemble de cavités dérivées des fosses nasales et creusées dans les os de la face à la périphérie des cavités orbitaires.
Ils sont tous en communication avec les fosses nasales et leur but fondamental est de réchauffer l’air inspiré.
On distingue plusieurs sinus: on connaît plus communément les sinus maxillaires et frontaux, mais il faut savoir qu’il existe d’autres sinus dit postérieurs dont il est inutile de retenir les noms, mais dont l’importance est capitale.

♦Qu’est-ce qu’une sinusite chronique?
Les sinus sont donc des cavités creuses, normalement pleins d’air, qui peuvent s’infiltrer, c’est-à-dire s’enflammer lorsque leur « bouche d’évacuation » est obstruée au cours d’une infection rhinopharyngée.
Cette affection s’accompagne donc d’une inflammation et d’un œdème (gonflement) des muqueuses internes qui revêtent les cavités creuses que sont les sinus.
Elle se traduit par un mouchage chronique et s’accompagne très souvent d’un écoulement dans l’arrière gorge appelé mouchage postérieur.
Ces écoulements chroniques s’accompagnent souvent de maux de tête, et de malaise général.
Si cette sinusite chronique s’accompagne de fièvre, nous aurons à faire à une surinfection microbienne qu’il faudra alors traiter éventuellement par antibiothérapie.
Par ailleurs, l’écoulement postérieur peut diffuser l’infection qui se compliquera alors de pharyngite, de laryngite et souvent de bronchite et parfois d’otite.
C’est la raison pour laquelle une bonne prise en charge de la sinusite chronique évitera des complications désagréables et surtout la chronicité ORL.

♦Qu’elles sont les causes des sinusites chroniques et de leurs conséquences ORL ?
Comme nous venons de l’étudier, la sinusite chronique est la conséquence directe d’une rhino-pharyngite chronique.
Tout d’abord on distingue deux causes particulières.

  • La sinusite d’origine dentaire:
    une sinusite peut-être liée à une pathologie dentaire; extraction difficile, obturation par pâte dentaire avec communication entre le sinus et la bouche, donc dans ce cas il faudra résoudre le problème dentaire.
  • La sinusite peut aussi être associée à une allergie.
    Il conviendra alors de traiter l’allergie pour voir la sinusite chronique s’estomper.
    (Nous traiterons la question des allergies dans le blog «Des clé pour votre santé » prochainement.)

En dehors de ces deux cas particuliers, l’origine de la sinusite est multifactorielle et on retient trois grandes causes, trois cofacteurs principaux.

  • La cause alimentaire est très importante:
    En effet, la muqueuse sinusienne a pour rôle l’élimination des déchets de l’organisme.
    En naturopathie, elle fait partie des émonctoires, c’est-à-dire des organes d’élimination.
    L’intestin et sa muqueuse représentent le premier et le plus puissant émonctoire.
    Cependant, quand ce dernier est surmené lors, par exemple, d’une mauvaise alimentation on assiste à un débordement des capacités émonctorielles (c’est-à-dire d’élimination) de cet organe et à un transfert sur d’autres organes, et principalement en direction des muqueuses ORL dont le sinus et tout le tractus ORL font partie.
    La surcharge alimentaire, la consommation de toxique (viande, alcool, excitants, etc.et la mauvaise digestion se trouvent ainsi au centre de ce transfert émonctoriel de l’intestin sur les sinus.
    Les sinus se comportent alors comme un intestin supplétif.
    Ceci explique la raison pour laquelle il convient de corriger l’alimentation et non de réprimer le symptôme, c’est-à-dire l’écoulement qui est la dernière chance pour l’organisme pour s’épurer.
    A côté de la surcharge alimentaire, l’hyperperméabilité du grêle avec la dysbiose (souvent une candidose) est une cause majeure.
  • Les mauvaises défenses immunitaires et leurs faiblesses:
    Elles représentent un des éléments central de la chronicité sinusienne.
    Par des traitements trop agressifs (cortisone, antibiothérapies inutiles, etc…), par des vaccinations répétitives, par des stress psychologiques répétitifs, l’immunité perd de son efficacité.
    Ainsi nos défenses immunitaires ne sont plus capables d’établir une barrière efficace contre l’extérieur et la réponse aux agressions se transforme en un écoulement muqueux continuel.
    Ce dernier s’accompagne d’inflammation et d’écoulement et le cercle vicieux s’installe.
  • Enfin, la qualité de l’air environnant:
    Le tabac représente le facteur irritatif primordial, qu’il s’agisse du tabagisme actif ou du tabagisme passif, le résultat est le même.
    Les pollutions aériennes par le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote, l’ozone et par diverses particules contribuent, été comme hiver, par des mécanismes différents, à la création d’un « brouillard aérien » particulièrement toxique par l’irritation qu’il provoque au niveau des muqueuses. Que l’on se trouve en présence d’émanations gazeuses, de particules toxiques recyclées par les climatiseurs, de particules chimiques en suspension ou de pollutions électromagnétiques (écran, etc…), le résultat est toujours le même: l’irritation des muqueuses.
    D’ailleurs, la sinusite et les chronicités ORL sont un symptôme de la maladie dite des bâtiments malsains (Sick-building syndrom).

♦Que peut-on donc faire?
Comme toujours en naturothérapie, la priorité est à la rectification des causes et de toutes les causes en sachant qu’il est évidemment plus facile d’agir sur l’alimentation que sur la concentration d’ozone l’été.

On envisagera donc:

La suite sera publier le lundi 16.04.2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *